Outre ses impacts immédiats sur la santé publique, la pandémie de COVID-19 entraîne une crise économique sans précédent à l’échelle mondiale car elle se propage à travers les pays. Pour faire face à ses conséquences secondaires, les pays prennent des mesures de protection sociale- introduisant, élargissant, adaptant des filets de sécurité pour protéger les personnes touchées par la crise. Au 24 avril, plus de 150 gouvernements utilisaient de l'argent dans les réponses COVID, et la vitesse, l'ampleur et la couverture des interventions sont notables, beaucoup sont encore en train de passer entre les mailles du filet. Quelles en sont les implications sur le lien entre la protection sociale et l’aide humanitaire sous forme d’argent liquide ? Le webinaire du 16 avril, le cinquième de la série sur le sujet visait à aborder cette question. Utilisant la base de données de la Banque mondiale, de l’OIT et de l’UNICEF sur les réponses de la protection sociale au COVID 19 comme base, ce webinaire visait à :

•       Comprendre les particularités d’une pandémie mondiale et ses effets sur le lien entre l’aide humanitaire sous forme d’argent liquide et la protection sociale.

•      Tirer des leçons d’autres contextes et apprendre à les appliquer

•       Discuter des points d’entrée pour lier l’aide humanitaire sous forme d’argent liquide à la protection sociale

•       Discuter des recommandations sur une situation en cours d’évolution

La discussion a été animée par Zehra Rizvi, avec les intervenantes extérieures Natalie Klein, représentante régionale du Cash Learning Partnership pour l’Afrique de l’Ouest, Gabriel Fernandez, expert en protection sociale travaillant pour le gouvernement du Libéria, et Calum McLean, expert en aide humanitaire sous forme d’argent liquide, précédemment pour l’Office humanitaire de la Communauté européenne (OHCE).

Vous pouvez également visionner l’enregistrement et accéder au PPT.

 

Leçons tirées de la réponse à la crise Ebola au Liberia

Gabriel a commencé sa présentation en partageant le contexte de la crise Ebola, un résumé des réponses des acteurs humanitaires, suivi des principaux points à retenir.

Les épidémies de COVID-19 et d'Ebola sont des crises de santé publique avec de graves impacts socio-économiques - mais pas de la même ampleur. Pendant Ebola, les réponses humanitaires se sont concentrées sur la communication stratégique pour gérer la peur et la stigmatisation causées par la maladie et rétablir la confiance dans l'autorité, et la programmation pour faire face à l'impact des mesures de confinement et d'atténuation des risques. Les transferts monétaires sont devenus le principal outil d'intervention utilisé par de nombreux acteurs humanitaires.

-       Au niveau politique, l'existence d'une politique de protection sociale dans le pays, qui a servi de cadre général pour la réponse en argent liquide, et une forte coordination entre les différentes parties prenantes, qui ont défini des rôles et des responsabilités clairs pour chaque acteur humanitaire, ainsi que la mise en place d’un fonds multi donateurs, ont été cruciaux pour la bonne mise en œuvre des réponses.

-      Au niveau du programme, un groupe de travail sur la trésorerie dirigé par le gouvernement a été créé. Cela a permis d'éviter les doublons, d'harmoniser les transferts, de fournir une réponse globale avec une large couverture. En termes de conception, les programmes ont identifié et ciblé les bénéficiaires à l'aide des données de santé sur Ebola, et les transferts ont été clairement distingués de la rémunération versée aux travailleurs de première ligne.

-       Au niveau administratif, un engagement étroit avec les autorités locales et les communautés a assuré le bon déroulement des prestations - du stade de l'inscription au paiement et au suivi et a aidé à connecter les bénéficiaires à divers services sociaux tels que le soutien psychosocial et les allocations familiales.

 

Quels sont les principaux enseignements de cette expérience que les acteurs humanitaires peuvent appliquer au contexte COVID-19 ? Gabriel a souligné cinq points à retenir :

1.     Les mécanismes de coordination pourraient servir de point d'entrée clé pour renforcer la relation avec les pistes de réponse nationales: jeter les bases de la construction de systèmes durables capables de répondre aux besoins des populations vulnérables. Bonne pratique : mandat clair avec les rôles et responsabilités des parties prenantes.

2.   L'engagement communautaire et le renforcement des capacités, y compris les autorités locales, est essentiel ;

3.     Investir dans une bonne stratégie de communication avec des résultats de changement de comportement qui peuvent atteindre les bénéficiaires et les responsabiliser. Cela signifie des messages de prévention qui résonnent et des messages informatifs sur leurs droits.

4.    Agir à court terme et penser à moyen-long terme : préparer un plan de relance (avec proposition de financement), car les gains réalisés en réponse peuvent être compromis par le fait de ne pas en avoir.

5.     Investir dans la construction de systèmes de protection sociale pour assurer la résilience : le registre social des ménages est un bon point de départ.

 

Portrait régional de l'Afrique occidentale et centrale

Ensuite, Natalie a présenté la situation actuelle du COVID en Afrique de l'Ouest et du Centre. Elle a commencé par rappeler comment la crise actuelle appelle les gouvernements nationaux à jouer un rôle de leadership fort dans la mise en place de systèmes de protection sociale. Au moment du webinaire, seule une poignée de pays ont pris des mesures de protection sociale en réponse au COVID, notamment le Cap-Vert, le Nigéria, la Mauritanie, le Burkina Faso, entre autres. La réponse au COVID nécessitera une forte coordination entre les différentes parties prenantes, avec une définition claire des rôles et des responsabilités, et un leadership de la part du gouvernement national. Dans la pratique, un nombre réduit d'acteurs pourrait mieux fonctionner, garantissant ainsi une bonne coordination et un impact maximal. Dans les situations d'urgence sanitaire, les gouvernements ont tendance à jouer un rôle essentiel, mais l'espace pour les acteurs humanitaires peut également être énorme, en particulier dans la mise en œuvre de programmes de transfert d'argent à grande échelle compte tenu de leur expertise. Pour les acteurs humanitaires, il existe deux façons de soutenir les systèmes de protection sociale :

•       Lorsque les systèmes gouvernementaux existent : fournir de l'aide humanitaire sous forme d’argent liquide à des groupes spécifiques ou fournir des compléments aux bénéficiaires existants

•       Là où les systèmes sont naissants ou inexistants : fournir de l'aide humanitaire sous forme d’argent liquide et augmenter la couverture.

Lors de la collaboration, il est important d'aller au-delà de la livraison et d'utiliser les urgences comme une opportunité pour construire des systèmes car certaines des mesures, telles que les registres sociaux ou le mécanisme de paiement numérique, qui mettent un certain temps à se mettre en place pendant les périodes plus calmes peuvent se réaliser rapidement pendant une crise.

 

Implications pour la crise du COVID-19

S'appuyant sur la conversation de Natalie et Gabriel, Calum a fourni ses idées sur les implications de ces leçons et le contexte sur la crise du COVID-19. Il a commencé par souligner comment le COVID-19 aura probablement des impacts secondaires plus importants par rapport aux autres urgences sanitaires, à travers la perte de revenus, des moyens de subsistance qui sont graves, urbains et durables. Cela a des implications pour le ciblage, car les populations rendues vulnérables par la pandémie seront plus importantes. Les autres aspects liés à la programmation à considérer sont la taille du transfert et les registres sociaux. Par exemple, les programmes de protection sociale peuvent donner la priorité à la couverture sur le montant des prestations, tandis que les programmes humanitaires peuvent cibler une population plus petite mais fournir plus de soutien. Comment les acteurs humanitaires peuvent-ils maximiser l'impact de leur réponse, mais aussi intégrer la durabilité dans leur approche et contribuer à la construction de systèmes à long terme ? Calum a proposé deux solutions potentielles, en se concentrant sur la façon dont ces deux systèmes peuvent se compléter :

-       Pour les pays disposant de systèmes de protection sociale existants, utiliser l'architecture pour fournir rapidement une assistance à une population plus large

-       Pour les pays dont le système est relativement faible, profitez de l'agilité et de l'expertise des acteurs humanitaires pour soutenir les groupes touchés par la catastrophe.

 

Le webinaire s'est conclu par une riche session de questions-réponses, accessible ici. Vous pouvez également participer à la discussion Q&R ici.

Ce billet de blog fait partie de la série de webinaires Lien sur la protection sociale avec de l'argent liquide humanitaire, qui rassemble les résumés des webinaires organisés par la FICR, l'UNICEF et le DFID sur le sujet. Pour préparer le terrain, n'oubliez pas de regarder le webinaire de base sur ce sujet : Démystifier les points d'entrée pour les humanitaires. Ce webinaire fait également partie de la série de webinaires « Réponses de la protection sociale au COVID-19 ». La série est un effort commun initié par l'IPC-IG[1], la GIZ[2] au nom du ministère fédéral allemand du Développement économique et de la Coopération (BMZ), et la collaboration du ministère des Affaires étrangères et du Commerce (DFAT) du gouvernement australien avec la plateforme socialprotection.org et en coopération avec des partenaires de différentes organisations. Rejoignez notre communauté en ligne '' Réponses de la protection sociale à COVID-19 [Groupe de travail] '' pour en savoir plus sur l'initiative et les futurs webinaires.

 Si vous avez des idées sur ce résumé du webinaire ou sur toute la série, nous aimerions avoir de vos nouvelles. Veuillez ajouter vos commentaires ci-dessous !

 

Traduit de l'anglais par Samira Asmaa Allioui

 

[1] Centre politique internationale pour une croissance inclusive

[2] Société allemande de coopération internationale

Tags:

Social Protection Programmes: 
  • Social assistance
    • Social transfers
      • Cash transfers
        • Unconditional cash transfers
Social Protection Topics: 
  • Governance
  • Social protection systems
Cross-Cutting Areas: 
  • Disasters and crisis
    • Humanitarian crisis
Countries: 
  • Global
  • Liberia
Regions: 
  • Global
  • Sub-Saharan Africa
The views presented here are the author's and not socialprotection.org's